Rechercher
  • Cyril

Storytelling, VR et com...



La semaine dernière, j’ai eu le plaisir de participer à un petit dej organisé par l’Agence MNSTR sur le sujet du Storytelling dans le contenu de marque.





De la réclame au storytelling...




Le constat de départ est celui d’une enquête Ipsos: A la question « A qui faites-vous confiance sur sa capacité à dire la vérité ?» Les infirmières et les médecins arrivent en tête à 96% alors que la publicité arrive en dernier à seulement 16%

Autant dire que la réclame, pure et dure ne fait plus recette dutout… 



D’après Jo Pine en suivant l’exemple du café, on est passé en quelques décennies de « vendre des grains de café », (il est beau et pur mon grain de café…) à la valorisation d’une expérience via le storytelling (What else…)


On notera au passage qu’on parle aussi d’expérience de réalité virtuelle et c’est à mon sens ce qui la rend attractive. Un collégien me racontant son expérience de découverte des métiers en VR sur métier360 me disait « c’est pas comme regarder une vidéo sur Youtube, là on est dedans ! »

Et c’est bien cette quête d’authencité qui ressort en tant que valeur numéro une auprès du public actuel et particulièrement chez les jeunes.


Le storytelling permet le partage de valeurs. En racontant une histoire on s’identifie à un personnage qui a les mêmes valeurs que nous. Cette valeur que la marque mets en avant par son storytelling c’est la valeur à laquelle j’adhère moi aussi, donc j’adhère à la marque.


  • En pleine polémique sur les chauffeurs Uber exploités par Uber, leur concurent Lyft à lancé une campagne de Pub mettant en avant l’importance du chauffeur, en mettant en scène des Astronautes au volant de leur fusée.


Le storytelling permet donc l’engagement mais la clé numéro un d’une histoire c’est le conflit. Tous les scénaristes avec lesquels je travaille vous le répéteront sans cesse, pas de conflit = pas d’histoire…


La base de la dramaturgie est toujours la même depuis des siècles, c’est l’histoire d’une transformation, d’une évolution : un personnage fait face à des conflits pour évoluer, c’est grâce à ce combat qu’on s’intéresse à lui.


Et c’est bien souvent là que les marques sont parfois frileuses… ressortant les bons vieux réflexes de la réclame ou tout doit être beau et propre dans ma publicité…


L’astuce consite à mon sens à ne pas se tromper sur l’origine du conflit ni sa victime… 


Une chose est sur, raconter une histoire est toujours plus payante que d’énumérer des qualités. Prenez l’exemple d’un sommelier qui vous parlera d’un vin assez rond, à la belle robe, fruité et léger etc… ne serez-vous pas aussi tenté de gouter cet autre vin de 2 jeunes bordelais parti s’installer en Afrique du sud et qui ont cherché pendant plusieurs année le vignoble idéal pour enfin après des années de travail sortir leur première bouteille qui fait un carton…. ?



Je retiens de tout cela que la 360 possède en soi cette capacité d’authencité et qu’en y ajoutant une dose de storytelling authentique, cela élargie grandement le champ des possibles… Chouette ! Un grand terrain d’exploration s’ouvre à nous !!


Pour finir je vous laisse cette pub de Marmite, célèbre pate à tartiner anglaise qui a fondé sa communication sur le fait que certains adorent et d’autres détestent. Ils ont lancé une opération de test génétiques pour savoir si on est « lover » ou « hater »de Marmite… et en ont profité pour faire un spot autour de l’annonce des résultats… Tout y est !

http://www.culturepub.fr/videos/marmite-test-results/

10 vues0 commentaire